Entretien avec Gemma Pasqual, traduit par Estel Llasana, révision Carole Fillière

Plan

Texte

VIURE PERILLOSAMENT - Niveau A2

URL du fil twitter qui raconte la nouvelle La carta estripada : https://twitter.com/SectionCatalan/status/1268550047752507392

URL du fil twitter avec les questions des étudiants :
https://twitter.com/SectionCatalan/status/1268591251735097349

 

Comme vous savez, les étudiants de niveau A2 ont lu Viure perillosament (@perillosament) de @GemmaPasqual et ils ont quelques questions. 

Vous êtes prêts ?
#EstudiantsdeToulousePregunten 
#ToulouseLlegeixGemmaPasqual
#XarxaLlull

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : quel est l’objectif du livre ? Pourquoi as-tu écrit ce recueil de nouvelles ?

Le livre est né d’une conversation avec mon amie Núria Cadenes @NCadenes, nous parlions de #MercèRodoreda que nous aimons beaucoup toutes les deux. Elle m’a demandé de faire un livre sur elle, mais je ne suis pas assez courageuse et j’ai fait une nouvelle : “La carta estripada”.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : ton livre avec des personnages exclusivement féminins a été bien reçu par les critiques, par les autres écrivains et par les lecteurs ?

L’accueil a été formidable ! Autant par la critique que par les écrivains, et bien sûr par les lecteurs et les libraires. Je suis très reconnaissante.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : comment structures-tu tes idées quand tu écris ?

Je suis très méthodique, pour moi la structure est très importants. Avant de commencer à écrire une histoire il y a beaucoup de travail à faire, et encore plus dans ces nouvelles, qui sont écrites à la façon de leurs protagonistes.

Dans le cas de #RosaParks à la façon des écrivaines afro-américaines, et dans celui de #FridKahlo à la façon des sud-américaines.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : comment tu as fait pour réunir autant d’informations, aussi détaillées, sur toutes ces femmes ?

Cela n’a pas été facile, j’ai dû chercher beaucoup de livres de ces autrices dans des librairies de livres anciens. Heureusement, j’ai bénéficié de la complicité de plein de gens qui m’ont aidée à chercher l’information.

Je pense notamment à l’aide inestimable de la professeure Carme Gregori Soldev @gregorisol dans le cas d’#IsabeldeVillena.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : pourquoi as-tu choisi ces femmes ?

J’admire ces femmes, ainsi que leur œuvre. Il pouvait y en avoir plein d’autres, un des critères a été qu’elles soient mortes depuis quelques années. Je n’ai fait qu’une exception, #MariaAurèliaCapmany. Son histoire avec Salvador #Espriu était tellement extraordinaire que je n’ai pas pu m’en empêcher.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : quelle nouvelle as-tu préféré écrire et quelle histoire est la plus intéressante selon toi ? Pourquoi ?

La vérité c’est que je les ai toutes trouvées intéressantes. Peut-être « La carta estripada », qui parle de la relation entre #MercèRodoreda et #AndreuNin, parce que c’était la première que j’ai faite, et celle de « La dona de sal », qui me paraît la plus littéraire.

La grande découverte pour moi a été #EmiliaPardoBazán. Je connaissais déjà son œuvre, mais je suis tombée amoureuse de la personne, quelle femme extraordinaire !

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual : de quoi t’es-tu inspirée pour écrire ces nouvelles ?

J’ai cherché des anecdotes peu connues dans la vie de ces femmes et je les ai romancées avec leur façon d’écrire, tout un défi mais aussi un plaisir, je me suis bien amusée en écrivant ce livre.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: dans ta vie quotidienne, comment luttes-tu pour les droits des femmes ?

Je suis profondément féministe, pour moi c’est un engagement avec la vie et avec mon genre, j’essaie d’être fidèle à toutes les femmes qui m’ont précédée, non seulement avec celles du livre mais aussi à ma mère et ma grand-mère, à toutes les femmes qui ont vécu dangereusement.

QUAN DEIXÀVEM DE SER INFANTS - Niveaux B1 et B2

URL du fil twitter des meilleurs moments de Quan deixàvem de ser infants:

https://twitter.com/SectionCatalan/status/1271421162715824128

URL du fil twitter avec les questions des étudiants :

https://twitter.com/SectionCatalan/status/1272804497685991427

ENTREVISTA

📚 Vous vous souvenez des meilleurs moments de #QuanDeixàvemDeSerInfants de @GemmaPasqual selon les étudiants des niveaux B1 et B2 de la Section de catalan (#SecciódeCatalà) ?

Ils ont aussi des questions ! Vous êtes prêts ?

#EstudiantsdeToulousePregunten
#ToulouseLlegeixGemmaPasqual
#XarxaLlull

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: pourquoi le titre « Quan deixàvem de ser infants »?

En réalité je l’avais intitulé « La mort del poeta » mais mon éditeur de l’époque, mon ami Josep-Manuel Rafí @JM_RAFI n’était pas convaincu et m’a suggéré cet autre titre, moins lugubre et plus évocateur.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: pourquoi un roman sur Vicent Andrés Estellés ? Tu avais d’autres raisons en plus de sa littérature ? Tu l’as rencontré ? Qu’est-ce qu’il représente pour toi ?

Je commence toujours mes romans par un poème. Quand j’écrivais « Et recorde, Amanda » je ne trouvais pas de poème qui me convienne et j’ai découvert « Oratori per la mort de Víctor Jara » d’Estellés.

Jusqu’à ce moment-là je connaissais le poète avec la voix d’Ovidi Montllor, et surtout son livre de poèmes “Llibre de les meravelles”. J’ai voulu en savoir plus et j’ai découvert toute son œuvre, son engagement avec les injustices, et c’est ainsi que j’ai eu l’idée du roman.

Vicent Andrés Estellés est pour moi un des plus grands poètes de la littérature catalane.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: pourquoi n’est-il pas le personnage principal, si l’hommage lui est adressé ?

Je trouvais trop osé d’en faire le protagoniste, et même s’il ne l’est pas, il a beaucoup de poids dans tout le roman.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: pourquoi un roman biographique mais avec des personnages imaginaires ?

Même si c’est un roman très documenté, les personnages imaginaires me donnaient plus de liberté pour créer la trame. 

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: est-il plus difficile d’écrire un roman biographique qu’un roman normal ?

Bien sûr, d’un côté le travail de documentation est très difficile et de l’autre c’est beaucoup de responsabilité de recréer la vie d’un poète aussi connu que Vicent Andrés Estellés.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: tu peux nous dire ce qui t’a le plus plu en écrivant ton livre ?

Surtout fouiller dans la vie du poète, et la première partie du roman, pendant leur enfance, qui est la partie la plus évocatrice.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: qu’est-ce qui t’a inspirée ou t’a motivée pour écrire le livre ? Dans quoi est-tu engagée ?

Le poète a été une grande inspiration. Mes engagements ? La terre, les gens, la langue et la culture catalanes. 

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: as-tu utilisé le roman pour dénoncer les situations de répression que vivaient les gens à l’époque dont tu t’inspires ? Pour faire un hommage aux victimes ? Pour donner de la visibilité aux choses qui arrivaient à ce moment-là et qui continuent d’arriver ou qui ont évolué ?

Le roman a trois parties : la république, la guerre et l'après-guerre. En plus d’être un hommage au poète, c’est aussi un hommage à tous les gens qui ont lutté pour la liberté. 

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: comment tu t’es inspirée pour le personnage de Santiago ?

Santiago est le fasciste typique de l’époque, une personne mauvaise et sans scrupules.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: comment as-tu réussi à créer le personnage de Miquel ? Ta famille a-t-elle perdu quelqu’un pendant la guerre civile ?

Je suis la petite-fille de personnes qui ont subi des représailles politiques, le père de Miquel est comme un hommage à mes grands-parents. 

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: n’importe qui penserait qu’avec le succès de tes romans, être écrivain est un métier stable et rentable. Jusqu’à quel point est-ce vrai?

Je suis une écrivaine professionnelle, je vis de mes romans, tout n’a pas été facile, c’était un chemin difficile, mais je me sens très chanceuse.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: en tant que femme, as-tu rencontré des obstacles dans ta carrière d’écrivaine ? Tes efforts ont-ils été reconnus comme ceux des écrivains hommes ? Quels conseils donnerais-tu à d’autres femmes qui voudraient faire comme toi ?

Historiquement, le fait d’écrire a été vu comme une pratique inutile pour les femmes et comme l’usurpation d’un droit qui ne nous appartenait pas.

Virginia Woolf a dit : « Je pense qu’il se passera encore très longtemps avant qu’une femme puisse s’asseoir écrire un livre sans que surgisse un fantôme qui doit être assassiné, sans qu’apparaisse une pierre contre laquelle on se fracasse. »

Peut-être que les choses ont changé et que c’est un peu plus facile pour les écrivaines, mais nous subissons les mêmes discriminations que toutes les femmes dans leur métier.

En catalan il y a plus de lectrices (52%) que de lecteurs (48%) et seulement 20% d’œuvres publiées ont des autrices femmes. Les femmes sont aussi la majorité dans les emplois du secteur de l’édition.

Les autrices sont dans une situation de désavantage, pour la reconnaissance comme pour la publication.

Mon conseil pour les jeunes écrivaines, c’est qu’elles poursuivent et qu’elles luttent pour être ce qu’elles veulent être, qu’elles assassinent le fantôme et qu’elles balaient les pierres sur le chemin. Cela en vaut la peine.

#EstudiantsdeToulousePregunten @GemmaPasqual: quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut écrire, quelle qu’elle soit la forme du texte (nouvelles, poèmes, etc.) ? 

Qu’il écrive et qu’il lise beaucoup, lui-même est son meilleur critique. Qu’il ne laisse pas tomber pas si les maisons d’édition ne veulent pas publier son œuvre, il y a des grandes œuvres qui ont été rejetées plusieurs fois. Il faut poursuivre son rêve jusqu’au bout.

C’était un plaisir ! Merci beaucoup pour votre intérêt !

Citer cet article

Référence électronique

Étudiants Université de Toulouse II Jean-Jaurès, « Entretien avec Gemma Pasqual, traduit par Estel Llasana, révision Carole Fillière », La main de Thôt [En ligne], 8 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 13 juin 2024. URL : http://interfas.univ-tlse2.fr/lamaindethot/864

Auteur

Étudiants Université de Toulouse II Jean-Jaurès