Roumains et Ruthènes de Bucovine. Réflexions sur la formation du mythe de la ruthénisation

p. 63-87

Résumés

La Roumanie hérite en 1918 de territoires accueillant d’importantes minorités slaves. La question de leur intégration dans l’État national et unitaire centralisé que constitue la Roumanie aboutit dans l’Entre-deux-guerres à l’émergence d’un discours nationaliste qui fait de la minorité ukrainienne, dite « ruthène », de Bucovine des Roumains ayant oublié leur langue maternelle. La question des Roumains de l’étranger en Moldavie et en Ukraine conduit aujourd’hui et depuis le début des années 1990 au retour de ce mythe nationaliste.

In 1918 Romania acquires new territories on which large Slavic minorities live. The issue of their integration into the national, centralized and unitarian state that is Romania at the time leads, in the interwar period, to the rise of a nationalist discourse, that turns the Ukrainian minority from Bukovina (called the “Ruthenian” minority) into Romanians that cannot speak their mother tongue. The issue of Romanians from abroad in Moldova and Ukraine leads nowadays and since the beginning of the 1990s to a revival of this nationalist myth.

Texte

Version Fac-similé [PDF, 902k]

Citer cet article

Référence papier

Frédéric Beaumont, « Roumains et Ruthènes de Bucovine. Réflexions sur la formation du mythe de la ruthénisation », Slavica Occitania, 27 | 2008, 63-87.

Référence électronique

Frédéric Beaumont, « Roumains et Ruthènes de Bucovine. Réflexions sur la formation du mythe de la ruthénisation », Slavica Occitania [En ligne], 27 | 2008, mis en ligne le 09 août 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://interfas.univ-tlse2.fr/slavicaoccitania/1140

Auteur

Frédéric Beaumont